http://www.dervy-medicis.fr/
Au coeur des tantras
Au coeur des tantras

Au coeur des tantras : Image de couverture

Titre :

Au coeur des tantras

Infos : 210 pages, 15 x 21 cm
Parution : mars 2008
Editeur : LES DEUX OCEANS
ISBN : 978-2-86681-156-3
Prix public : 23,33€
Prix public : 23,33€
remise 5% : 0,00€

Au tournant de l'An mille, dans la vallée du Cachemire, une foule d'hommes et de femmes est assemblée pour écouter les paroles d'un maître dont la renommée s'est répandue dans toute l'Inde. Les rumeurs parlent d'un être exceptionnel, «fils de la yoginī», capable de révéler le sens ultime de toutes les Ecritures sivaïtes de manière cohérente et profondément nouvelle. Ses disciples le tiennent pour une incarnation de Siva lui-même. Celui qui nous rapporte cette scène vient d'une ville du sud de l'Inde. Ascète vagabond, il a parcouru à pied le périlleux chemin qui mène depuis Maduraï jusqu'aux portes de Srīnagara. Il observe à présent cette assemblée hétéroclite d'ascètes au corps orné de crânes, de yogins avec leur ceinture de méditation, de magiciens au regard féroce, de fonctionnaires du royaume, de brahmanes distingués, d'artistes, d'aventuriers et autres personnages hauts en couleur qui forment le paysage social bariolé du Cachemire du Xe siècle. Située au milieu des célèbres vignes du Cachemire, une sorte de vaste tente a été dressée. Parfumé de santal, l'intérieur est décoré d'images et de luminaires raffinés. Loin d'être solennelle, l'atmosphère résonne de musique, de chants et de danses.

Mais à présent, tous les regards sont tournés vers l'homme assis au centre. Tel un roi devant sa cour siège Abhinavagupta, à la fois «juvénile et mystérieux», portant barbe et cheveux longs ornés de fleurs, une graine de rudrāksa suspendue à l'oreille, ses yeux chancellent d'extase alors qu'il récite les stances de la Vision de Siva, poème certes visionnaire composé par un maître de sa lignée. Son bras droit indique symboliquement la connaissance de Siva, pouce et index se rejoignant, tandis qu'il accompagne sa déclamation avec une sorte de harpe jouée de la main gauche. Derrière lui se trouvent ses compagnes mystiques, ses partenaires durant les rituels d'union. Elles lui offrent du citron pour se rafraîchir, une coupe de vin, ainsi qu'une mixture savoureuse à mâcher. Devant lui sont assis ses principaux disciples qui prennent soigneusement note de tous ses enseignements.

Parmi eux se trouve Ksemārja, élève et sans doute cousin du grand maître. Lui aussi est un maître : il compose des commentaires sur les textes sivaïtes les plus populaires, afin de montrer que leur sens véritable est celui enseigné par Abhinavagupta. Il a également pour tâche de rédiger des résumés introductifs pour les débutants ou les amateurs arrivés en cours de route. C'est que les enseignements, à l'instar des représentations théâtrales, peuvent s'étaler sur plusieurs journées. Mais, surtout, la philosophie d'Abhinavagupta, celle de la Reconnaissance, est à la fois accessible et hermétique. Elle se veut, en effet, ouverte à tous, sans restriction de sexe, de caste ni de religion. Une telle largeur d'esprit est d'ailleurs un danger pour l'ordre des castes défendu par les brahmanes orthodoxes, ceux qui suivent les Védas. De plus, l'auteur des Stances pour la reconnaissance de [soi comme étant le] Seigneur, texte fondamental de cette pensée, prétend présenter une «voie nouvelle», s'appuyant presque exclusivement sur l'expérience quotidienne et sur un examen rationnel !

Ajouter au panier

Votre nom :
Votre mail :
Le titre de votre avis :
Le Texte de votre avis :
Enregistrer
Veuillez patienter