http://www.dervy-medicis.fr/
Causeries maconniques, pourquoi être franc-maçon au XXième siècle ?
Causeries maconniques, pourquoi être franc-maçon au XXième siècle ?

Causeries maconniques, pourquoi être franc-maçon au XXième siècle ? : Image de couverture

Titre :

Causeries maconniques, pourquoi être franc-maçon au XXième siècle ?

Auteur : Joseph VEBRET
Infos : 384 pages, 14 x 22 cm, 510g
Parution : mars 2018
Editeur : DERVY
ISBN : 979-1-02-420257-0
Prix public : 22,00€
Prix public : 22,00€
remise 5% : 0,00€

La franc-maçonnerie est une « vieille dame » âgée de 300 ans. Pourtant, si l’on en juge par ses effectifs en France, où sœurs et frères n’ont jamais été aussi nombreux, elle ne manque pas d’attraits ni de dynamisme.

En même temps « une et multiple », séparée en nombre d’obédiences souvent concurrentes entre elles, elle regroupe, à travers des milliers de loges environ 150 000 membres.

Qui sont-ils ? Quelles sont leurs motivations ? Comment vivent-ils leur engagement maçonnique ? Que représente-t-il dans leur vie ? Quels idéaux les animent ? Quelles sont leurs pratiques ? Quelles définitions ont-ils de la franc-maçonnerie ? En quoi se différencient-ils les uns des autres ? Quel est le sentiment de fraternité qui les unit ? Autant de questions que tout un chacun, profane ou initié, se pose.

Ce sont ces questions que Joseph Vebret a posées à trente francs-maçons, membres de nombreuses obédiences. Des personnalités, bien sûr, mais aussi des frères et des sœurs de tous niveaux venus de tous les horizons, parisiens et provinciaux, connus ou anonymes, adeptes d’une franc-maçonnerie « sociétale » ou « spirituelle ».

Sans être une étude sociologique, l’ouvrage permet d’appréhender le fait maçonnique dans tous ses aspects et de mieux comprendre ce qui unit, au-delà des différences d’approche, les femmes et les hommes engagés dans ce mouvement, à la fois « club », société de pensée, société initiatique. De ce kaléidoscope qui peut apparaître bariolé, un élément se fait jour. Toutes ces femmes et ces hommes témoignent du fait que l’espérance d’une société plus juste, plus humaine, plus fraternelle ne meurt jamais chez les femmes et hommes « de bonne volonté ».

Les chemins qui y mènent ne sont pas les mêmes et, s’il est vrai que l’idéal est un absolu que l’on n’atteint jamais, il n’empêche que, sur les voies maçonniques, c’est bel et bien lui qui sert de lanterne. Ces hommes et ces femmes en témoignent, chacun à leur manière singulière.

Ajouter au panier

Télécharger l'image de couverture en 300dpi

Votre nom :
Votre mail :
Le titre de votre avis :
Le Texte de votre avis :
Enregistrer
Veuillez patienter